Mai 2012

18 avril 2012

Chers amis et partenaires,

Nous vous saluons dans le puissant nom de Jésus. Tout en écrivant cette lettre, je remarque qu’il fait très beau aujourd’hui à Cali en Colombie (là où cette lettre a été écrite). Ce matin, l’Esprit du Seigneur nous a rappelé l’encouragement de Paul à l’église de Philippe à qui il écrivait ceci : « …que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées » (Philippiens 4 :8 – version Segond « A la colombe ») Et certainement, nous pouvons faire un bon rapport.

Nous sommes en Colombie depuis deux semaines et il nous reste quelques jours à passer sur place. Le voyage a été particulièrement vivifiant, bien que nous ayons été extrêmement occupés. Le rafraîchissement est surtout venu des bonnes nouvelles que nous avons reçues au sujet de notre temps de ministère précédent. Cette semaine nous avons prêché dans une église de la ville et un homme s’est avancé à la fin de la réunion pour nous raconter l’histoire que voilà. Il y a 16 ans, il est entré dans une église où nous étions en train de prêcher. Il n’avait pas vraiment envie d’être là, mais il était quand même installé au premier rang. Il nous a affirmé qu’il ne voulait rien savoir de Dieu, d’aucune manière, mais Eugène, qui prêchait, pointa trois fois son doigt sur lui (un homme au milieu de 3 000 autres) et dit : « Dieu vous aime ». Chaque fois que ces mots étaient prononcés, il avait de plus en plus chaud et sentait la présence du Seigneur. Il a reçu Jésus comme son Sauveur et il est maintenant pasteur en Espagne. Il était à Cali pour une réunion, et quand il a su que nous prêcherions ce soir, il est venu spécialement pour nous raconter son histoire.

On dirait que Dieu choisit juste le bon moment pour nous montrer la valeur de ce qui été accompli dans la vie de tant de gens. Pendant que nous prêchions à la célébration de Pâques la veille du dimanche de la Résurrection, un autre pasteur, que nous avions rencontré quelques années auparavant, vint lui aussi tout exprès pour nous voir et passer un peu de temps avec nous. Au même moment où le pasteur venu d’Espagne recevait le salut, le deuxième homme marchait dans la rue en compagnie d’un ami. Ils entendirent Eugène chanter en espagnol et s’accompagnant à la guitare. Ils trouvèrent une porte latérale ouverte et se mirent à écouter. Quand Eugène les vit, Dieu lui dit de cesser son chant et de prophétiser à ces deux hommes à propos de l’appel de Dieu sur leur vie. Eugène termina son chant et clôtura la réunion sans savoir que les deux hommes qui se tenaient là étaient nés de nouveau cette nuit. Bizarrement, c’étaient des hommes de main qui tuaient pour le compte de la mafia colombienne. Ils sont à présent pasteurs tous les deux et servent Dieu de tout leur cœur.

Mes amis, nous pourrions continuer à raconter des histoires de ce genre. Il semblerait que Dieu ait choisi ce moment particulier de nos vies pour nous encourager en nous permettant d’entendre et de voir les résultats de 47 ans de notre ministère à deux.

Dans le temps qui vient, nous avons projeté d’être au Canada pour le mois de mai. Nous serons donc orateurs à la convention pour les « Gospel Crusade Churches and Ministries » à Picton dans l’Ontario. Nous prêcherons aussi dans quelques églises de l’Ontario et du Québec . Dieu fait de merveilleuses choses au Canada et cela nous bénit d’y participer.

Nous vous annonçons aussi que nous dirigerons la conférence de trois jours du « Camp de l’Arche », 41 route Fermanagh, à Saint-Elzéar, Bce GOS 2 JO, Québec, du 15 au 17 juin. Les réunions débuteront le vendredi soir et se termineront par un temps de louange dimanche matin avec les églises locales qui se joindront à nous. Pour vous inscrire, téléphonez au camp au n° 418-596-3041 ou au  418-221-1900. Vous pouvez aussi vous inscrire par e-mail à campdelarche@oricom.ca. Le prix est de 110 dollars canadiens, et comprend deux nuits et cinq repas. Toutes les réunions se feront en anglais et en français avec interprète.

Au moment de conclure, nous voulons remercier chacun de vous pour votre amour et pour la bénédiction que vous apportez dans notre vie. Vous ne saurez jamais, dans ce monde, la part que vous prenez dans nos vies. Nous vous aimons et vous apprécions beaucoup. Merci encore pour votre soutien alors que nous continuons d’aller dans les nations pour y annoncer l’Evangile.

En Jésus,

Eugène & Sherry